Chroniques

“Ne vous énervez pas Monsieur Milan”

Chronique écrite depuis la Rue de Rivoli, antre de la consommation, juste après le dé-confinement.

Certains jour, je me demande si je ne deviens pas un vieux con (con, je savais déjà, vieux avec les années, va falloir que je me rende à l’évidence).

La crise Corona à fait dire à beaucoup que « le monde d’après » allait être différent, plus pétri de compassion et de tolérance, un respect de la nature, de sa fragilité, de notre fragilité.

Alors, même si je suis optimiste sur pas mal de sujets, là j’avoue douter un peu.

La routine consumériste a repris. Comme je l’ai dit, je suis Rue de Rivoli. Et il y a foule. Ce qui m’intrigue c’est la queue devant les enseignes de première nécessité, j’ai nommé Courir, Zara et Bershka.

Voir les hordes se précipiter pour recommencer à consommer des produits futiles (soyons honnêtes, personne n’a usé ses baskets dans les 3 derniers mois). Bah ça me rend triste mais surtout cela enfonce le clou sur le fait que, quelles que soient les circonstances, la société de consommation va rester. Evidemment, personne n’a intérêt à ce que cela s’arrête, car notre économie est basée dessus.

Un autre modèle était possible ; les circonstances étaient réunies pour changer nos habitudes, loupé.

D’ailleurs on constatera que l’actualité aura vite oublié le corona pour remplacer par les émeutes américaines. Il y a fort à parier qu’au moment ou tu lis ces lignes, un nouveau sujet sera apparu. Bref, on a bien profité de ces 3 mois pour refaire le monde. C’était sympa.

 

Et pour toi qui te demandes ce que je faisais Rue de Rivoli un Samedi, c’est une bonne question…

Bon, aller, promis, c’est la dernière chronique qui n’est pas positive. Il est trop facile de tomber dans le pessimisme. Allez, ca va super bien se passer, il y a plein de choses à faire…. Gilles, ne devient pas trop Français à te plaindre tout le temps…

 

Pour ceux qui se posent la question du titre, revoyez “l’Emmerdeur” avec Lino Ventura (Monsieur Milan) et Jacques Brel (Francois Pignon, première apparition)