Chroniques

Un archipel désert perdu dans l’océan indien

Il existe un archipel perdu dans l’Océan Indien, à 24h de mer au nord de l’ile Maurice… Seuls 200 personnes par an (hors mauriciens) ont le droit de s’y rendre. Si vous regardez Google Maps, il faut zoomer un peu…

C’est d’ailleurs tellement perdu que lors de la Volvo Race 2014, un bateau s’est enfiché en pleine nuit dans la barrière de corail (la vidéo est ici). Il n’avait pas vu l’archipel…

Etape 1 – le matériel

Pour aller sur zone, il faut un bateau qui sait prendre la mer en toute autonomie pour plusieurs semaines. Car tout se fait sans assistance, sans téléphone (sauf satellite pour les urgences), en apportant la nourriture et le reste. Pas de piste d’atterrissage, aucun hélico ne peut venir. En clair, s’il y a un problème il faut gérer. Ca tombe bien, le bateau sur lequel je suis parti est spécialisé dans ce type de mission.

Un bateau d’exploration océanographique

La bateau sur lequel nous sommes partis s’appelle La Curieuse (qui a sa page wikipedia, la classe américaine). On trouve tout à bord : hopital, cinéma et même une pompe à bière (ajoutée par l’armateur au cas où).

 

Première découverte : 24h de mer, c’est long ! surtout quand ca bouge pas mal. De beaux creux, du coup, ça tangue. Je ne pensais pas être sujet au mal de mer… en fait si ! pas été malade mais je n’ai pas fait le fier ni ouvert la bouche trop grand. C’est là que j’ai re-découvert le bonheur des petits Lu Nantais… (le gateau qui nourrit son homme, cale bien l’estomac). Extrait

 

La récompense : des plages blanches avec PERSONNE ; de l’eau cristalline, des poissons à profusion, des tortues, des requins, des raies. Un spectacle de carte postale avec le luxe de ne voir personne nul part. A part les garde cotes (qui restent 2 mois sur site pour vérifier que les eaux poissonneuses ne sont pas décimées), personne. Ah si, un bateau au loin.

Un aperçu

Etape 2 – Mais que fait on sur un archipel désert ?

On se couche tôt, pas trop alcoolisé (si d’aucun se demandait…) pour se lever avec le soleil (soit 5h) et profiter d’une journée hors du temps. Pêche, plongée sous-marine, kite (tous les copains avec qui je suis parti maitrisent et revenaient après 2h de ride avec la banane), lecture sur la plage, tour de l’ile.

Et que voit on ?

Des traces de tortues venues pondre le matin. Des oiseaux pas craintifs car pas habitués aux humains. Des poissons partout, une eau cristalline

Y a t il des gens qui vivent à Saint Brandon?

Personne n’y habite à l’année. Quelques pêcheurs y vivent quelques mois. Le célèbre Bernard Moitessier y a vécu 1 an. Des abris (des blocs de béton posés sur le sable) ont été disposés pour, dans les périodes de cyclone pour éviter que les pêcheurs disparaissent. Imaginez des vents de 300 km/h et nul part où vous abriter. On raconte qu’une année, seuls deux pêcheurs ont survécu et qu’on les a retrouvé accrochés à un arbre, la peau en moins.

 

Et malheureusement…

Je ne vais pas faire mon écolo de base mais, force est de constater sur un archipel inhabité que les plages sont pleines de déchets… du plastique partout et pas en petite quantité. Nous avons nettoyé ce que nous avons trouvé mais on constate que la pollution des océans n’est pas un mythe.

 

Un grand merci à nos amis Val et Franck qui ont permis à toute une bande d’amis d’aller dans cet endroit paradisiaque et de partager des moments forts.

 

Y aller aussi ??

Et si vous voulez vous faire un trip de dingue, complètement hors du temps, une expérience rare, envoyez moi un mail et je vous donnerai les coordonnées. Le bateau peut se privatiser, en revanche je ne conseille pas avec des enfants. C’est un voyage à faire absolument une fois dans sa vie (budget : compter 3000 € hors vol jusqu’à Maurice. C’est un budget, mais c’est surtout une expérience incroyable).

La page Facebook de La Curieuse, à suivre si vous voulez rêver … et passer à l’action

Un bouquin superbe qu’on ne trouve qu’a Maurice aux Editions du Corsaire : “Carnet de Voyage aux îles Saint Brandon”, par Philippe Lenoir