Chroniques

Les commerciaux sont-ils nuls ? Episode 2 : l’immobilier

Devant le succès de l’épisode 1…

Si tu me suis bien, tu sais qu’il y a un an, j’ai assisté à un séminaire « gagner de l’argent sur Internet ». Dans ce séminaire, l’immobilier était présenté comme étant l’un des piliers majeurs. Depuis, j’ai lu 2 bouquins de Robert Kiyosaki (“Père Riche Père Pauvre” et “Le Quadrant du CashFlow”), l’un des papes du mouvement sur la liberté financière.

Bref, du coup,  je me suis lancé à la recherche d’un investissement locatif générant du cashflow positif.

De là, j’ai repris contact avec une profession que nous côtoyons tous entre 1 et 3 fois dans notre vie : les agents immobiliers. La caricature du commercial, une fois encore.

Et là, sur une vingtaine d’agents, sauf à 3 exceptions près, je suis tombé sur de beaux spécimens.

Litanie de belles remarques

  • “vous n’avez pas assez de budget” (garder son calme, je passe pour un sans-dent)
  • “vous cherchez ce que tout le monde cherche” (ben voyons)
  • “je vous appellerai … mais c’est bien aussi que vous regardiez si je rentre des biens” (ok, donc je résume : je viens te chercher quand j’ai besoin de toi, pour te payer)
  • “j’ai déjà quelqu’un dessus, il faut vous dépêcher” (ah oui, l’astuce éculée du FOMO (Fear Of Missing Out))
  • “c’est une exclusivité” (ça mon ami, c’est un vocabulaire de professionnel, moi client je m’en fiche)
  • “si vous me passez 3,000 € en liquide, je dois pouvoir vous réserver ce bien à 20,000 € en dessous du prix” (ah, tiens, c’est intéressant : le vendeur se fait entuber de 20,000 et toi tu prends 3,000)
  • “ce bien là, avec un bon coup de peinture et de nouvelles fenêtres, prend 20,000 € de plus value” (si c’était le cas, tu l’aurais déjà acheté mon ami)

Question relances, c’est simple, ils n’en font pas. Ne cherchent pas à en savoir plus (sauf quelques rares agents indépendants), ni à convaincre.

Ce qui est intéressant c’est que, de ce que j’ai compris, la profession fonctionne sur le système d’avance sur commission. En gros, s’il ne vend pas, l’agent va devoir rembourser les avances versées. Autant dire que cela devrait le motiver. Et bien non… ce n’est pas pour autant qu’ils sont formés et compétents. Comme quoi, chez le commercial, le mode de rémunération ne va pas présager de l’efficacité. Le salaire ne fait pas tout…

Une bonne crise là dessus ferait du bien. Ca assainirait ce marigot d’incompétents (oui, parfois je m’emporte).

Bon d’un autre coté, s’ils deviennent tous comme dans cette vidéo de Glengarry Glen Ross, on tomberait dans l’autre caricature.

 

Et toi ? d’autres belles aventures du genre ?